Université Paul Sabatier - Bat. 3R1b4 - 118 route de Narbonne 31062 Toulouse Cedex 09, France


Accueil > Actualités

Souvenirs du symposium en l’honneur de Jacques VIGUE

Le 9 septembre 2014, à l’Université Toulouse III, Serge Haroche, prix Nobel de physique 2012, Alain Aspect, médaille d’or du CNRS 2005, Richard Zare, prix Wolf 2005 et d’autres physiciens et chimistes de renommée internationale ont honoré la carrière scientifique de Jacques Vigué, directeur de recherche au CNRS, actuellement au Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité (CNRS - Université Toulouse III – Paul Sabatier).





- Annonce du symposium Jacques Vigué dans la Dépêche du Midi (5 septembre) :

Annonce du Symposium




- L’hommage de Serge Haroche à Jacques (La Dépêche du Midi du 9 septembre ) :

Hommage à Jacques




- "Le prix Nobel, c’est parfois lourd à porter" (La Dépêche du midi du 9 septembre) :

Le prix Nobel, c’est parfois lourd à porter




- Sur Radio Autan, Une interview de Serge Haroche, qui évoque la carrière de Jacques :

Interview de Serge Haroche




- Jacques, Serge Haroche et Bertrand Monthubert avec 500 lycéens le 8 septembre au Grand Auditorium de l’UPS :


(crédit photos : alain-labat-polecom)






- Le symposium Jacques Vigué le 9 septembre :


(crédit photos : alain-labat-polecom)


(crédit photos : Jean-Marc L’hermite)



Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, Jacques Vigué entre au CNRS en 1976 et y prépare sous la direction de Jean-Claude Lehmann une thèse de doctorat es sciences qu’il soutient en 1978.

Il développe au sein du laboratoire de spectroscopie hertzienne de l’ENS une équipe travaillant dans le domaine de la physique moléculaire qui s’installe en 1991 à l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, contribuant ainsi à l’émergence d’un axe fort en physique fondamentale sur le campus toulousain.

Il dirige le laboratoire Collisions Agrégats Réactivité (CNRS-Université Toulouse III – Paul Sabatier) de 1996 à 2004, puis de 2008 à 2012, ainsi que l’Institut de Recherche sur les Systèmes Atomiques et Moléculaires Complexes (IRSAMC) de 1994 à 1998, tout en développant une activité dans le domaine de l’interférométrie atomique.

(Crédit photos : Patrick Dumas)